Les puzzle de la Maison de George Clemenceau

Amusez-vous à reconstituer les œuvres liées à la Maison de Georges Clemenceau ! 

Georges Clemenceau est un amoureux passionné du Japon. Dès qu’il arrive à Saint-Vincent, il fait hisser un koi nobori c’est-à-dire une chambre à air en tissu en forme de carpe. Dans le culture nippone, le koi nobori est hissé le jour de la fête des enfants. Selon la légende, les carpes du fleuve Jaune arrivées à la source s’envolaient dans le ciel en se transformant en dragon. Elle sont le symbole de la force et de la persévérance.

C’est en 1894 qu’éclate l’Affaire Dreyfus. Georges Clemenceau est redevenu journaliste à La Justice après son échec aux élections législatives, l’année précédente. En 1897, il rentre comme rédacteur à L’Aurore. En janvier 1898, l’écrivain Emile Zola rédige un article sur l’Affaire Dreyfus dans lequel il dénonce l’antisémitisme et clame l’innocence du capitaine Dreyfus. Les rédacteurs de L’Aurore cherchent un titre. Georges Clemenceau a alors une idée de génie et propose « J’Accuse… ! » exclamation qui scande l’article de l’auteur de Germinal. Cette Une devient, en quelques heures, le symbole du combat de Dreyfus pour son innocence et sa réhabilitation.

A noter, que chaque semaine uns visite thématique « Clemenceau et l’Affaire Dreyfus » se déroule dans le monument.

u fond du jardin de « La Bicoque » , face à la mer, vous pouvez découvrir un buste de Georges Clemenceau. Cette sculpture de Charles Villandre, médecin comme Clemenceau, a été réalisée grâce à une souscription des médecins combattants de France et d’Argentine. Le Tigre est soit un homme politique et un journaliste, mais il restera toute sa vie médecin comme son père. Clemenceau fut avant tout un médecin attaché à une médecine de proximité et surtout auprès des plus démunis comme le prouve la fondation, par le Tigre, d’un dispensaire, dans le XVIII éme arrondissement de Paris, 23, rue des Trois Fréres, après la Commune.

Initialement installé au centre de la terrasse fleurie, le buste est placé à l’endroit actuel après les travaux de restauration de 2005-2006

MenuFermer le menu